Partagez

Oh enfant, je te berces
Et voilà que tu dors
Fais de beaux rêves
Mon tout petit….

Les années ont passé…
Mais les saisons demeurent
Immuables dans leur renouvellement !
Je me plais à penser que la Vie est de même

Faut-il mourir pour Vivre ?
Un prêtre me l’a enseigné
Et quant on m’appela
Je te découvris « couché »

Comme autrefois, enfant
Tu « dormais »
Chut, je dis, ne le réveillez pas
C’est lui mais il dort, mon petit

J’ai voulu te bercer
Mais je pleurais tellement
et ton visage serein
Etait là près de moi

L’on aurait dit que tu me parlais
Je suis « bien » où je suis
La destinée, personne ne la connaît
C’était écrit tout simplement

Dans les pages du livre de Vie
Et même si parfois, je s’insurge
Voici que devant moi, tu parais
Je te revoie enfant et tu es toujours avec moi

A présent tu guides mes pas
Et tu me permet d’avancer
Dans cette longue quête pour te retrouver
Tu es là dans mes toiles…

Et aussi dans quelque poème
Où tu me chantes une chanson
Que naguère tu fredonnais avec moi
Et voilà « c’est notre chanson »



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.83 sur 6 votes