Partagez

«  »Mon enfant«  »

Mon enfant, ton premier brin de souffle 

Celui de ton fébrile ardeur à la vie

Fut la plus douce poésie

Devant laquelle ma plume perd son souffle.

Mon enfant, ton premier brin de cri

Celui qui a enflé mon âme de sourires

Égaye encore mes nuits de fous rires

Et mes peines de ton doux cri.

Mon enfant, ton premier brin de charme

Celui qui a gonflé mon coeur de chaleur

Demeure ce qui désarme ma pire colère

Et me fait luire de beautés et de charmes.

Mon enfant, tes premières larmes

Se fânneront vite aux milles merveilles

Pour que ton bonheur s’envole au ciel

Car j’ai payé le tribu des mes larmes.

Mon enfant, pour toi j’aurai tout donné.

Écrits de Ludovic BEKOU (#Outsider)

Tous droits réservés.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 4 votes