Partagez

En suivant mon chemin vers l’insaisissable horizon
Je croisai une belle créature fredonnant une oraison
Son chant fatal m’aspira telle une poussière d’étoile
Et mon âme fut l’hôtesse de la Déprime dans sa toile

Depuis ce jour-là mon être galère sur les eaux du Styx
Attaché à la Mélancolie l’amante d’Héméré et de Nyx
Mon cœur est grisé par l’haleine de l’Hydre de Lerne
Il répudie sa couleur pourpre et épouse l’habit terne

Mon regard tend ses larmes vers l’Amour dans l’Ether
Et crie l’espoir de te voir jaillir de la nuée toi ma chère
La splendeur de ton sourire lacère le pan de ma brume
Et ta douceur fait couler des perles fines de ma plume



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 2 votes