Partagez

La nuit s’installe par son jais le soir
La lune par ses éclats brise l’obscurité
Entre cette lumière et l’ombre noir
Mon âme se défend avec sa témérité

De Valmy, à la Sénia mon cœur pris en étau
Et la clameur d’Oran ce bruit à ses vers
Et ce frimas à son étang se lève de son grau
Pour enfin s’unir à l’embrun de la mer

Culbuté par le vent de la méditerranée.
Au revers de la cime du mont Santa Cruz
Est perché la stèle du maître enchaîné
Au soufisme algérien et de sa source fuse

Les adeptes d’Abdelkader Djillani
Le maître de Bagdad à ce site se tait
La nuée d’or du ponant qui ne finit
C’est un jour brisé qui m’a été affecté

À son tour le crépuscule s’avise tôt,
Traînant avec lui le brouillard noir,
En ces moments où je lance de propos
La nuit me portera conseil et espoir,

Pour un jour essentiel à nourrir ma rapacité,
Car je suis le fils qui s’excite et qui s’ennuie
Et qui ne se rassasie pleinement sa cupidité.
Que deviendra alors mon coursier la nuit?

Lorsque sera abandonné la nuit à la belle étoile….
Harassé par ce long périple aux illusions diurne.
Au stress qui s’entremêle à mon visage le voile,
Et le jour à son phare s’éteint, cachant la bruine.

Excitant une pluie fine à chuter sur mon dos
Fouettant mon visage et ma pèlerine.
Elle fuse à mes guêtres avec ses perles clos
À mon dos sur l’étendue de ma pèlerine

Ô mon coursier rafraîchit-toi l’haleine assoiffée.
Qui te retient au repos sans fin jusqu’au petit matin.
Je suis de retour blanchi sous le harnois, décoiffé
De mon képi, Je suis venu élire retraite près ton jardin.

Avec une dignité modeste, pour mes loyautés offertes
À mon Sir, sans que je sois récompensé, ou compris…..
Et sans que je sois au combat traité comme un traître
Ou pour un quelconque motif ou opinion dépris.

Alger le 07 Juin 2017
Par@ Echchikh Adda
______________________________________________________________________

Grau: Estuaire
Bruine : Frimas le brume.
Dépris : Divisé
Abdelkader Al-Djillani: De « Jilan » ville en Irak est originaire du Niff, une petite ville de la province du Gilan (ou Djilan), au sud-ouest de la mer Caspienne. Il serait né en 1077 bien que d’autres sources évoquent la date de 1083. Abd al Qadir était par son père descendant d’Ali ben Abi Talib, gendre du prophète Mohamed. Sa mère qui avait soixante ans à la naissance d’Abd al Qadir, s’appelait Fatima, et son père (grand-père maternel d’Abdel Qadir) était lui aussi descendant d’Ali par Hussein ben Ali.
Photo: Prise de vue de l’île Habiba au large d’Oran



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 10 votes