Partagez

Je cherche
D’agréables intimités
Dans un camping clair d’idées
J’avance lentement
Pourtant, je ne suis pas fatigué
Je ne fais que naviguer
Dans l’océan de mes soucis
Je me risqué dans la profondeur
De l’amour.
Le vaste le vrai.
Il est fascinant
par son immobilité .
Donc, je voulais quitter
Ma routine.
Et me faire une idée de
Sortie.
Je suis arrivé au milieu de son immensité
Je me suis trouvé

Comme un aveugle
Que sa canne a abandonné
Je suis en échec et mat.
Je n’ai pas fermé
L’œil de la nuit,
J’ai lu et relu
Sur l’amour et ses secrets.
Puis j’ai éteint
Les yeux au plafond
J’observais
Réfléchir ? J’essayais !
Tant de choses me turlupinaient
Je suivais les idées
Qui se presentaient
Plus ! Je les suivais
Plus !elles se pressentaient
A force ! dans leur embouteillage
Je me suis assoupi.
Dans un couloir lugubre
J’avance
Dans le néant je volais,
Je planais.
De loin
Une ombre surgit,
M’a pris par le bras
Avec elle m’emportait.
D’un bond ,
Je me suis réveillé
J’ai encore allumé
La tête entre mes mains
Mon regard sur mon livre,
Est tombé.
Mon regard ne pouvait s’en détacher
Ma Muse ,de ma poésie
A surgit.
Elle me regardait , me souriait
Elle me fascinait , m’effrayait
En même temps .
En moi je souriais aussi.
Je ne lis pas et j’ai éteint.
En sa compagnie, cette nuit
Je vais me reposer.
Cette fois, j’ai décidé
Ne pas réfléchir.
Rien qu’a elle je vais penser .
Lui parler , l’écouter.
Les yeux fermés, je l’attendais.
Mais !je me retrouve a réfléchir,
A la meilleur manière,
De ne pas réfléchir
à mes insomnies.
Au lieu de ma muse
C’est mon insomnie qui a ressurgit !?



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes