Partagez

Te revoilà, mon insomnie,
Tu m ‘ attendais au pied d ‘ mon lit
Avec ta tête triste à pleurer
Et ton regard si fatigué.

Tu es rentrée sans crier gare,
Pour me refaire des matins blêmes
Et renifler mon teint blafard,
À l ‘ heure du thé ou cafécrème.

Mais cette nuit, je t ‘ en supplie,
Va t ‘ en ailleurs, voir si j ‘ y suis.
Je te laisse là, au pied d ‘ mon lit,
Et je m ‘ en vais fuir l ‘ ennui.

Par la fenêtre, brille la nuit.
Je vois la -bas,ma douce amie,
La pleine lune qui me sourit.

Voguent alors dans mon esprit,
Pour composer une poésie,
Des rêves, des mots et des désirs
Et quelques tendres souvenirs.

Soudain, au loin, une ombre fuit,
Silhouette noire, c ‘ est l ‘ insomnie.
Adieu, adieu,perfide ennemie,
J ‘ m ‘ en vais au lit ,finir ma nuit.

DES ANGES VEILLENT ET ME SOURIENT.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.8 sur 15 votes