Partagez

Ce n’est plus la peine d’entailler mon cœur
D’éteindre la flamme, qui l’embellit
Tu ne pourras jamais comprendre l’amour, qui l’anime
Oh toi, au cœur de pierre, je ne peux te ressembler
Sache, que j’ai apprise par cœur, les leçons de l’école de la vie

Je ne fais que dessiner le beau en mes pages, vierges
Où mes rimes sont une belle symphonie
Tu ne peux être de mon âme, le Maître
Car mes sentiments ne dansent qu’au calendre
« Aimer à en mourir et pardonner »
J’ai quitté depuis le temps, ta terre aride
En l’absence de la sérénité de mon soi
Que je n’ai pu trouver…

Ce n’est plus la peine de forer sur ma peau
De plaies et de bleus
Me forcer à rompre le voyage de ma bohème
Tu ne pourras jamais emprisonner mon âme
Car en mon toit aux belles tuiles rouges
Vivait libre, l’hirondelle
Qui le printemps sur ses ailes, régénérait …

Ce n’est la peine d’enchaîner mes chevilles de fer
Et si tu le fais, ils seront musique
Qui, sur la brise de l’amour au bercail, me ramène
Là où de la bleue de ma mère, mon premier cri a été liberté
Et quant on a voulu me mailloter, de force
Comme une farouche guerrière, je me suis débattue …

Ce n’est pas la peine d’avorter mes rêves
Ils ont la peau dure
Ils sont amour et semence et labour
Parfois, tristes se saoulent de leurs peines
Mais ne jamais endeuiller
Les vaisseaux de mon cœur se parfument
De l’encre de mes lettres bleues
Sa porte pour l’amour est toujours, entrebâillée
Maissa Boutiche, Ain BénianAlger, Algérie, le 26/08/2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.98 sur 61 votes