Partagez

Son allure dardait une couleur monotone
Que le ciel, lui-même, ne pouvait accueillir ;
Elle gardait si loin d’elle le désir de faillir
Que, sur elle, se perchaient les senteurs de l’automne.

Eloigner de ses terres la chaleur de séduire,
L’ont laissée si amère que son plus doux sourire
A bientôt succombé aux tristesses de la science :
Des formules de pierre, une aveugle confiance…

De tout ce qu’on me propose, je n’ai point envie,
Car je souhaite à jamais conserver mon essence ;
Oublier vos leçons, ignorer vos offenses,
Pour éteindre cette flamme qui dévore ma bougie…

Stephane Meuret
1998, Copyright



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 21 votes