Partagez

Muse reine…

Enlevez-moi cahier, encre et porte-plumes
Attachez-moi les mains et recouvrez mes yeux
Empêchez-moi de voir les lumières qui s’allument
Vous me condamnerez à vous faire mes adieux.

Il ne se passe pas de jours sans que je pense
A faire danser les mots sur le papier glacé,
Cet instant merveilleux qui vient me mettre en transe
Est un moment sacré, j’aime à m’y évader.

Autour je fais le vide, je n’entends plus personne,
Vous ne me verrez pas, j’oublie le téléphone,
Ma Muse guide ma main, les mots se posent seuls
On dirait que le temps git sous un grand linceul.

J’en oublie de manger quand ma tête hésitante
Bute puis se ravise et j’ouvre mon dico
Il me faut une fin qui soit plutôt chantante
Comme la mélodie qui entoure mes mots.

J’y fais naître l’amour, parfois parle du mien
De ceux que j’ai aimé qui m’ont laissé chagrin,
Je cherche ou donc trouver cet amour romantique
Celui qui fait rêver et dans mon cœur palpite.

Je parle de la lune, du soleil qui se noie
Dans des manteaux de brume quand il pleut sur mon toit
J’y parle de nature, de monts et de vallées
Où un tendre amoureux viendrait me retrouver.

J’y verse quelques larmes empreintes de douleur
Lorsque la solitude bouscule un peu mon cœur
Et puis je me ravise en pensant aux lecteurs
Et à nouveau me grise, d’amour et de douceur.

Ma muse m’emprisonne, ne veut plus me lâcher
Comment faire pour qu’un homme puisse la partager
Elle est partie prenante de toutes mes pensées
Parfois même la nuit, elle vient me hanter.

Mais j’y tiens voyez-vous elle m’a tant aidée
A me sortir du trou lorsque si mal j’allais
Alors s’il vous prenait l’envie de l’éloigner de moi
J’en souffrirais je crois, et j’en perdrais la foi.

Laissez-moi donc coucher le fond de mes pensées
Vous les lirez un jour si jamais il vous plaît
D’aller dans le grenier, dans un coffre cachée
Parmi les fleurs fanées, ma muse y est lovée.

Fermer mon encrier, poser mon porte-plumes
Ne me ressemble pas, que dire de mon cahier
Mes écrits sont ici, ce que j’ai de fortune
Et le seul héritage qu’un jour je laisserai !

Danièle Labranche



Veuillez noter :

Envoi...
Aucun vote pour l'instant