Partagez

Au fond de mon verre
Cristallins tes yeux
Brillants tel le feu
Mon âme est de travers

Je scrute rêveur
Le fond mêlé au sang
Rouge nectar du bonheur
Mes yeux plonge dedans

Que vois je donc sinon
Beauté en satin bleu
Joues en rose poupon
Quelle silhouette mon Dieu

J’approche lèvres encore
Le désir devient plus fort
Nostalgie et souffrances
Entre Montréal et Byzance

Sont lot de mon triste sort
Aimant ma Muse qui fuit
Sur la pointe du bruit
Elle sort de ce beau décor

Encore une longue gorgée
Baiser chaud sur l île de Gorée
Des caresses de l âme fêlée
Vase vert de valeur éméché

Mon bonheur prend des rides
De l ‘exile je pleure sur ce vin
Suc des poètes en chagrin
Pour soigner ce mal morbide

Ennui planant chauve souris
Au gouffre de ta solitude
Comme la mienne cet Ennui
Est devenu notre habitude

Le désespoir ami insolite
Sur le lit des horreurs noir
Mon esprit peine s’ agite
Ne peut se reposer ce soir

La coupe de mon âme vidée
Celle de mon verre implore
Mes lèvres pour l’ achever
Là où mon bonheur s ‘endort

Ma muse s’ éloigné de moi
Me tourne le dos silencieuse
Quand dernière goutte ma foi
Est plus douce plus fiévreuse

Je range la table fin du festin
Mon esprit frôle doux satin
L ‘ennui en fait son linceul
Vin velouté durcit ma gueule

Et tu es loin de mon être
Douce muse sans tête

A. A Châteauguay 12.11.2016



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes