Partagez

Naître juste pantin…
Je me sens frêle pantin
Qui arpente un long couloir
5 h 20, en attente d’un beau matin
Épie mon reflet sur le parquet miroir
Tout autour est blanc satin
Triste comme orphelinat les dortoirs
Je me sens fragile pantin
En partance sur le fleuve noir
9 h 50, la quête d’un beau matin
Pensée éphémère ta peau ivoire
Faire l’amour sur drap de satin
Tes lèvres grenats une saveur d’espoir
Je me sens faible pantin
Qui pendule en élan oscillatoire
11 h 15, anticipation d’un beau matin
Puis ton cri qui habille le désespoir
L’enveloppe d’un suaire de satin
Tes larmes une bruine de cendre noire
Je me sens flasque pantin
Qui cherche endroit où m’assoir
11 h 20, en prière d’un beau matin
La camarde livre en psaume sa victoire
Mon petit ange à peau satin
Ne me laisse que sa naissance en mémoire

Michel Jetté – Naître juste pantin…
image: podcastpeople.com



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 8 votes