Partagez

Ma mère n’est plus enceinte,

Je suis sorti de cette enceinte.

Elle s’est désemplie de moi,

J’y séjournais depuis des mois.

Suspendu dans cette tiède courbure,

Je devinais le monde et ses murmures.

D’un bail précaire étant titulaire,

J’ai dû me résoudre à changer d’air.

Je suis sorti, porté par une chaude vague

                                 La lumière m’éblouit, je tâtonne, divague.                                                                                                           

Je baignais bien au chaud dans une mer/mère,

Tiens donc, je ne suis pas seul dans cet univers :

Un père, un frère, des grands-parents

Personne ne m’avait mis au courant.

Puis des oncles, des tantes et des cousins

Et je ne vous parle même pas des voisins !

C’est épuisant cet inventaire

Ça m’effraie d’être sur terre.

Pour un peu, je retournerais d’où je suis venu

En plus j’ai froid, je n’ai pas d’habits, je suis nu !

Qu’ont-ils donc tous à me regarder ainsi

A vouloir me trouver une ressemblance, si si

Je suis moi, et attends que vous me donniez rendez-vous

Pour me construire en prenant des morceaux de Vous,

Car je ne suis encore qu’un tout petit être

Ne sachant quel homme demain je vais être ?

                                                                                                                                                        

                 Gael Schmidt – Octobre 2018 tous droits réservés



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 42 votes