Partagez

Aucune des jolies fleurs, Rose sublime, ne vous ressemble.
Vaines prétendantes, la plus charmante est mon doux printemps.
A l’ infini s’ étirant, que bien long, il me semble
et combien sans vous triste, si éprouvant, le temps..

Pleinement goûter au plaisir d’ un instant merveilleux
pour mieux le conter, mon cœur vous est confié.
De votre sublime beauté, Veronika, je succombe amoureux,
si délicat est votre parfum, Exquise, qu’il me semble rêver.

Quel est votre secret, Majestueuse, la nature de ce champ,
pour me sentir désarmé et si bien dans ce manège magique ?
Penser à vous il suffit, pour oublier jusqu’ au temps,
faire entamer, mon pauvre cœur, sa si douce musique.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.08 sur 12 votes