Partagez

Tu rentres fatiguée et ternie de ta journée.

Premier baiser, sublime trace rouge déposée.

Je t’enlace, pourpre doux sur tes bras, filet d’or dans ton cou, petits baisers volés.

Ma dulcinée, j’ai tant rêvé de te colorier !

Ton regard étonné : « que nous trame l’être aimé ? »

« Juste devenu peintre, une palette d’amour, et toi, un chef d’oeuvre encore inachevé. »

Déposer des stries violacées, en te faisant tournoyer.

Des paillettes collées autour de son nez.

Quelques étoiles sur tes joues amassées.

Nue, ma vierge poupée, enfin, de tendres nuances, je vais te grimer !

Des tas de perles blanches, j’applique sur ta peau mordorée.

Sur tes seins, de la poudre, pour les aimer.

Près des cuisses, les tâches de mes pensées.

Étalée sur ton ventre, la fraîcheur de la rosée.

Fétichée, tu es l’oeuvre de mes rêves insensés.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.5 sur 4 votes