Partagez

Lentes et Vagues tristesses
Déferlentes en vagues à l’âme
Venues, grosses maladresse
De ces neurones que je blesse
Souvent si volontairement
Ma boîte idée en est malade
Existe t il un tel medicament 💊
Un qui anémierait ces décades
Elles ont laissées tant de traces
Et rien ni personnes n’effacent
Les purulents sillons sanglants
Gravés des bras à tendres chairs
Jusqu’a ma tête de bois si chers

Nuées ardentes montées si hautes
Qu’elles en sont,sur elles mêmes,
Si Maladroitement retombées
Sur celles ci, si confiant, je sème
Mais les fantômes des ensevelis
Me privent de ces belles récoltes

Remous et ressas déséquilibrent
Dur dur de rester en position droite
Déstabilisé ce tendre corps livre
Un violent combat entre sol et air
Pour garder cette voulue posture
Montrant aux ôtres l’envie de vivre.
Posture éreintante quand l’on boite
Mais l’allongement est réservé
Soit pour cet ‘éternel béni repos
Ou rejoindre les bras de Morphée
Or de çà cette posture est décriée
Ça les dérange eux toujours levé
De me voir ainsi autant ralentir
Quand la norme préfére anéantir
Ceux de la génération si paisible
Et dont le philosophie est ma bible

Nuées ardentes montées si hautes
Qu’elles en sont,sur elles mêmes,
Si Maladroitement retombées
Sur celles ci, si confiant, je sème
Mais les fantômes des ensevelis
Me privent de ces belles récoltes
Slimgiant. 2/10/2016 j 0

Hervé Ducon – Nuées ardentes



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
2.5 sur 2 votes