Partagez

A l’instar du jour, la nuit peut être blanche,
Ses étoiles pourchassent le pauvre sommeil.
Veiller la nuit est une révolte franche,
De ceux, à la découverte des merveilles.

La blancheur du jour est connue par son soleil,
Celle de minuit, par sa densité et teneur,
Les amoureux la préfèrent, pour ses veilles,
Eux, qui comptent les étoiles et les heures.

Plus que blanche, la nuit peut être même en couleurs,
J’ai connu la mienne, à l’âge de moins de trente,
L’élue fut une déesse, vraie boule en chaleur,
Celle dont j’étais depuis longtemps en attente.

Présente à l’heure, elle était là, impatiente,
Le soleil bien rouge n’était pas encore couché.
Tiré par mon audace plus qu’obsédante,
Je n’avais d’yeux que pour son beau corps dénudé.

Plus rien ne résistait au désir qui grondait,
Nos corps mendiaient leur totale délivrance.
Le bal à jouer était plus que souhaité,
Suer dans un corps à corps, dans cette danse.

Les étoiles surgirent par intermittence,
Chacune des cinq a provoqué son vertige,
Sa danse lascive et sa grande cadence,
Le soleil surpris la cinquième voltige.

A.SALEMI Le 08 octobre 2017.
Tous droits réservés.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.8 sur 15 votes