Partagez

Lit d’incertitude sur le versant de mon automne,
A la dérive planent des jours incertains
Sur les collines fleuries de mauve par l’oubli sans borne,
Je m’accroche encore à tous ces instants violâtres du matin.

Savourer la quiétude, la douceur colorée de la vie,
Atténuer les tempêtes traversées sans bousculer les remparts,
Atteindre les tours dressées tout autour de cette folie,
Me noyer sur la trame sans fin de mes rêves épars.

Oubli des tourments sur la coiffe des montagnes,
Le gris du ciel se maquille de rose sous la lune bleutée,
A la conquête du vent en poupe d’un ciel de cocagne
Dans le lointain de mes nuits enfin illuminées.

Fini les incertitudes qui planaient dans les allées glauques,
Les orages pourpres trop fougueux s’en sont allés,
La nuit violette se dissimule au bout de l’horizon rauque,
Sous ce tableau d’encre la vie renaît de mille jardins colorés !

Martine BES
21/05/2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.9 sur 52 votes