Partagez

Que cherches-tu ô cœur solitaire

Dans ces parages remplis de vies

Est-ce un regard d’une âme étrangère

Ou juste satisfaire une folle envie

.

.

Est-ce ta quête incessante d’attention

Qui t’a fait sortir de ta coquille

Ou bien ton trop-plein d’émotions

Qui te fragilise et te déshabille

.

.

Pourtant tu sais plus qu’un autre

Que ta présente quête est vaine

Et que ta promenade dans ces ombres

Ne fera qu’exalter tes peines

.

.

Ressaisis-toi je t’en conjure

La vie n’est pas que cette folie

Épargne-nous de nouvelles blessures

Sois raisonnable je t’en supplie

.

.

Le cœur :

.

Mon Dieu je souffre à en mourir

Et je ne peux ni crier ni pleurer

Sans la poésie qui traduit mes dires

Je serais depuis longtemps enterré

.

.

Tu as raison poète, je perds mon temps

Et j’en ai déjà perdu beaucoup

Ignore ma plainte et rentrons à la maison

Moi je ne suis qu’un pauvre fou

.

.

De toute manière ni un regard

Ni une compagnie éphémère

N’auront pour moi quelque égard

S’ils ne comprennent mes vers


Amazigh Dré. 02/10/2018



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.75 sur 20 votes