Ô ma Muse et mon amie,

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Pinterest
Share On Reddit
Contact us

Ô ma Muse et mon amie,
Je ne veux pas partager ta vie, mais je veux la multiplier.
Je ne veux pas entrer dans ton lit mais entrer dans ta vie,
Tel qu’on rentre chez soi après un long périple d’un exilé.
Je ne veux pas que tu sois ma moitié, ni même ma hie,
je ne veux que toi, comme le contre-chant
Comme ma vie, avec toutes mes chansons.

Ô ma Muse et mon amie,
Je ne veux pas que tu me combles,
Ni moi autan que je te comble,
je veux que nous creusions ensembles
Toute la profondeur de nos existences,
Pour leur donner à chacune sa grandeur.
Je ne veux pas que tu dépendes de moi.

Ô ma Muse et mon amie,
Je ne veux pas encore que je dépende de toi,
Je veux que nos libertés s’encouragent à notre âge
L’une à l’autre, comme le font les oiseaux sur les toits
Ô mon amie, ô mon aimée, ô la femme sage.
Ce n’est pas que je ne veux pas te perdre,
C’est surtout je veux te gagner, et me reprendre.

Ô ma Muse et mon amie,
Pour adoucir chaque jour le temps pour te mériter
Tu ne seras jamais partie de ma conquête,
Car ce n’est pas une guerre au faite,
Jamais ma chose, jamais à moi, tu seras mon ponant
Comme dans le ciel, d’une terre libre, et un horizon
Et j’y serai un pèlerin, un pâtre errant et un poète.

Ô ma Muse et mon amie,
Tu es amour, oh mon aimée, oh ma grande sage aimante,
Ce n’est qu’avec toi que je saurai tout ce que veut dire aimer,
Non parce que tu le sais et moi aussi, mais parce que ;
Nous l’apprenons chaque jour un peu plus,
Chaque jour un peu mieux.
Tu n’es pas celle qui me ressemble,
Tu es celle qui me rassemble.
Je ne suis pas celui qui te connaît, je suis celui qui t’a rêvé.


Donnez votre note:
Veuillez vous connecter pour voter: Connexion Facebook  Connexion Email
Note du public :
3.67 sur 3 vote(s)


A découvrir aussi sur le web:

1 commentaire

Laisser un commentaire

Pour laisser un commentaire vous devez être connecté: