Partagez

La page bruissante vole en éclats
Je t’emporterai au feu du ciel, à l’embrasement des vagues.
Je briserai tes opales certitudes, j’engloutirai ton visage dans le miroir de mes mains.
Je suis offense, injures et blasphèmes:
La noirceur de mes doigts est le fruit du «travail d’amour», je flétrirai la neige de l’intime; ma soif caresse ton ventre.
Ils sont féconds les idiots qui hantent cette missive. Ta beauté dont je suis maître engloutira leurs sarcasmes. Rions ensemble de leurs mains brûlantes, les nôtres sont l’aurore du monde.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
2 sur 1 votes