Partagez

Il fait beau, mes courses dès le matin,
J’en ai assez de prendre la voiture,
Fredonnant belle chanson, à la main
En feuilles tressées, joli couffin qui dure.

J’adore cet objet, tout ce qui est ancien
Ras-le-bol, monde envahi par la technique.
Le marché est à deux pas, très bien,
Discuter, rire avec le marchand, magnifique.

Sous l’éternel beau ciel azuré, Je suis né,
Ici on n’attend jamais le beau temps,
Pour toujours à son aise s’est installé l’été
Au pays providentiel où on a toujours le temps.

Où personne ne court, l’idée n’a pas germé,
On a le temps d’aller doucement travailler,
Devant le bus, encore un moment pour parler,
Tellement patient, le chauffeur jamais pressé.

A vouloir le temps rattraper en courant,
On ne fait finalement que perdre son temps.
Le temps à sa guise, follement filer, le laissant
On a parlé, on a ri, on a vécu sans perte de temps.
.
Belhamissi Sadek le 21.10.17
.
Ce poème est dédié à toutes nos amies poétesses et amis poètes membres de la ligue des poètes, à l’équipe de l’ADM de la LdP avec laquelle nous avons toujours eu les plus cordiales relations.
Avec le souhait de les voir toutes et tous penser à vivre un peu leur vie, se trouver du temps de libre.
Finalement les nouvelles technologies n’ont fait que moderniser la vie des humains mais personne n’avait prévu l’accroissement des activités qu’elles allaient engendrer, si bien qu’à la fin ce sont les sociétés les moins évoluées qui ont plus de temps de libre donc plus de temps pour vivre. Belhamissi.S



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 27 votes