Partagez

Tu dormais la tête sur le cœur de ta mère
D’un sommeil lourd chaud et confiant
Comme celui de tous les jeunes enfants
Vagues de rêves jeux de plage la mer
Petits bonheurs du lendemain
Promesses de jeux et les copains
Tu t’affirmes tu tempêtes tu exiges
On te gronde tu en ris on te corrige
Tu pleures à chaudes larmes
Ton père attendri rend les armes
Il t’aime tu es son cœur son habitude
Son avenir son espoir sa quiétude.
Tu dormais la tête sur le cœur de ta mère
D’un sommeil lourd chaud et confiant
Et soudain des coups violents
Ton petit cœur éclate en miettes c’est l’enfer
Armés, ils sont armés habillés de sombre
Sur leur visage pas une ombre
Ils sont là le geste dur et puissant
Tu n’oublieras jamais malgré tes six ans.

*(obligation de quitter le territoire français)



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3.5 sur 4 votes