Partagez

Ce monde est étrange et nous étonne encore !
Si, choisir l’optimisme, c’est être dans son tort,
Autant le pessimiste qui vous trompe bien fort,
Et il serait bien mieux de croire au tirage au sort
Que de tenter ouvrir la « boite de Pandore » !
Serait-il possible de se croire si fort,
Quand à vous échiner, vous cassez les ressorts,
La parole est d’argent quand le silence est d’or,
La fosse de la misère vous serre dans ses rebords,
Espérant, peut-être, parvenir à bon port,
Vous vous débattez, face au monde si retors !
Vous devenez orphelin de parents bien vivants !
Et, au milieu des frères, vous êtes fils unique !
Les liens d’une famille devenue impudique
Incitent à s’isoler, même en étant perdants !
Famille divisée, souvent démantelée,
Ses membres se retrouvent parfois écartelés
Naviguant de justesse, face aux vents, aux marées,
Chacun se débattant, selon ses intérêts !
Vous vivez oubliés, perdus dans votre groupe,
Vous semblez oublier les valeurs de la troupe !
Quand les frères et les sœurs se déchirent avec rage,
Quand le père vous « libère » armé du seul courage
Qui permet d’affronter la vie et l’entourage,
Loin d’avoir vécu, vous en êtes au sevrage,
Mais ce qui peut déborder, c’est toujours la coupe,
Et les liens du sang se rencontrent et se loupent !
Le père, fièrement, s’affirme envers chacun,
Vous m’êtes redevable et je ne vous dois rien !
Et la mère, indignée, se tient silencieuse,
Face à une situation devenue hasardeuse,
Elle ne peut et le sait : elle n’est que le lien
Charnel d’une troupe qui la laisse sans soutien !
Quand une famille unie se déchire entre membres
C’est la naissance même de tout cet opprobre
Qui rejaillit encore, envers toute unité
Qui a perdu le sens de toute unicité
Et l’on se plaint encore de vivre en décembre
Ce qu’on aura raté en octobre et novembre !
Ces trois mois se suivent et finissent l’année !
La famille divisée s’en retrouve damnée !
On oublie le printemps, cette saison de fleurs,
Pour retomber, bien vite, dans les larmes et les pleurs,
Cependant, les regrets et même l’amertume
Nous font plier le joug par-dessus toute enclume !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3.33 sur 3 votes