Partagez

Le soleil et la mer, la douceur d’un été,
Des paysages beaux à en perdre la vue,
On croirait que le temps ici s’est arrêté,
Si vous cherchez repos, vous êtes bienvenue.

Mais soudain c’est le vent qui se met à hurler,
Mais soudain c’est la terre qui se met à trembler,
Mais soudain c’est la mer qui se met à gronder,
Il ne reste plus rien, que les yeux pour pleurer.

Il ne reste plus rien que des tas de gravas,
Il ne reste plus rien qu’une lente agonie,
Combien va-t-il falloir de courage et de bras
Pour redonner ici, rien qu’un semblant de vie.

Le soleil et la mer, la douceur d’un été,
Des paysages beaux à en perdre la vue,
Un jour le monde entier ici s’est arrêté,
Et à force d’amour, la vie est revenue.

(alain/Poésie25)



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.82 sur 11 votes