Ligue des Poètes

Page 265 de 469

Apprendre à aimer

Apprendre à aimer C’est accepter Accepter les défauts de l’autre Et puis savoir pardonner Savoir donner aussi Donner de son plein grès Sans jamais rien demander De totalement indiscret C’est se faire aimer en retour De quelqu’un qui vous offre… Lire la suite →

l’amerloque

Parce que nul ne sait où commence, où finit L’infernal carrousel où Satan fait son nid On enterre les corps, feus de quelconque cause Et s’invente l’histoire, en blanc, noir et en rose. Les guignols de parade entonnent le discours… Lire la suite →

il abhorrait les simagrées

Passager clandestin d’un vaisseau sans boussole, Il scrutait les hauts fonds où flâne l’émissole Et s’agitait sans trêve, un éternel gamin, Pour clamer son espoir d’un demain qui console A l’aube du fracas de l’ultime examen. Hurluberlu naïf, authentique Quichotte… Lire la suite →

Dire le bruit du silence

Elle se tut C’était son libre choix ; la jeunesse Parfois A des accents stupides. Vif et hardi Le ru impétueux, fou d’envie, Son corps Brûlant, pleure ses braises. Un livre ouvert Aux pages tôt mouillées qui lui chante L’espoir… Lire la suite →

allégorie

Allégorie Je ne vis pas ouvert aux appétits vulgaires, J’écarte mon chemin Des relents de mélasse ; Je hais Les esprits enfumés aux ignobles effluves. Pourtant vous m’entendez ; L’a priori cingle et détonne, Ce qui me lasse, vous sentez… Lire la suite →

au pas de l’oie

Un matin ordinaire, une page banale, L’étrange goût amer tel un pressentiment, La mesquine parlote était un boniment, L’ultime camouflet vers la touche finale. Le sophiste dira l’ode subliminale ; Le crédule enchanté s’incline gentiment, Se gargarise enfin du funeste… Lire la suite →

MA CHERE AMIE

Je pense à toi à chaque soir Et chaque matin je réponds par mes idées Au-dedans mon âme où se réclame Une louange par considération suffit Car je suis fortement touché par ta posture. À mon tour, acceptez et sans… Lire la suite →

Les mots désolants

Lorsque les mots se détachent de nous en petits flots de larmes retenus trop longtemps, ces mots désolants de la fin qu’on ne peut réunir en phrases de rédemption ni de réquisitoire, ces mots qui débutent une lettre et se… Lire la suite →

Terre Qui M’As Vu Naître

Terre de ma naissance Témoin de mon enfance Terre de mes ancêtres Toi qui m’a vu naitre Terre de mes souffrances Toute mon existence Tu as forgé mon être Tu m’as appris à être Très grand. Oh quelle chance Tu… Lire la suite →

Douce nuit mon ange !

Douce nuit mon petit ange, c’est l’heure de se coucher. Tu as sommeil, tu te frottes les yeux, mon doux bébé. Je vais te border, et te conter ton histoire préférée, Te faire un gros câlin, mon amour, et t’embrasser…. Lire la suite →

La vie !

Ce matin, je me suis levée à l’aube, j’assiste au lever du soleil, Même en été, les matins sont frais, pour mes épaules frêles. Je porte une chemise à manches longues, afin de me couvrir, Je m’assois sur le bord… Lire la suite →

Prends soin de son âme !

Tu ne descends sur terre, que dans les funestes moments, Celà y est, la mort a encore frappé, apportant les larmoiements, Tu es si belle, auréolée par ce cercle de lumière, qui te sublime, Tu es humble, même en ce… Lire la suite →

Nuit magique.

Nuit paisible, sur le rivage magique, où vit la douce sirène, Dans mon univers, la magie me transporte sur cette scène, Lieu aux mille merveilles, propice à un délicieux sommeil, Étendue, sur ce moelleux matelas, de sable teinté au soleil…. Lire la suite →

La déesse de ce monde enchanté !

Dans mon univers, je décroche la lune. J’y lis mes histoires, comme dans les runes. Je deviens la déesse, de ce monde enchanté. Où règne le glamour, la sensualité ! Je me révèle à vous, sous ma vraie nature. Douce,… Lire la suite →

J’attends patiemment !

J’attends patiemment là, sur le banc de touche. J’attends que vienne mon tour, pour faire mouche. Numéro quatre de seconde ligne, « bé » ! J’attends d’entrer, pour leur mettre une raclée. Je médite sur la stratégie à suivre, Sur la meilleure… Lire la suite →

Ta photo

Une petite discussion/je ne te suis pas langue?/où alors insuffise?/pourquoi ta photo m’inonde/la réponse est dans le vent/Qui la premiere saura souffler ses narines/Contenance frileuse/Je nage dans l’ocean de tes yeux/malgré la promptitude de tes cils. Veuillez noter : Envoi…… Lire la suite →

En Mon Cœur Morose

En mon cœur morose A mon âme morne Une si douce symphonie s’impose Est-ce l’amour, cette flamme sans bornes En mon cœur morose A mon âme morne Surgit un amour en trop forte dose Qu’une bigarrure de passion orne Cette… Lire la suite →

Dialogus

Et si nous n’avons que le silence/partageant-le/car il est des cieux/il est des lieux/où décampe le temporel/vulnérable et précaire /à l’éternité de notre amour/je t’envoie des paroles sable par milliers/au bord d’une brise/quelque part sur une plage/appelée »Ne pas te dé-réver »/je… Lire la suite →

Le CH tatoué sur le cœur.

La finale Canadien Boston La victoire est au bout du bâton Plus que dix seconde au cadran La tension monte d’un cran Comme le héros d’un conte Je m’échappe, lance et compte ! Les applaudissements tonnent. Endormi avec le catalogue… Lire la suite →

L’être humain et ses organes

A voir le corps humain, conçu en son entier, La Volonté Divine s’est bien exprimée Chaque organe est logé dans son quartier, Se jouxtant ensemble et sans se comprimer, La liberté des uns est toujours estimée Et le cerveau dirige… Lire la suite →

L’amour a un visage

Si l’amour, tel que vu dans mes songes, Ce sentiment où rien ne se mélange, Même si, vu par d’autres, il dérange, Il n’aurait que ton visage, mon ange ! Ta douceur m’a toujours semblé étrange, Mon cœur, par tes… Lire la suite →

Coup de cafard

Ce soir, je ne sais pas pourquoi Un coup de cafard m’envahit. Alors, machinalement, je bois Et un, et deux, et trois whisky. Je suis vautré sur l’canapé La tête blottie sur l’oreiller Pas de problèmes particuliers Sauf la noirceur… Lire la suite →

LA BEAUTE

Tu es belle, ô mortels ! Comme une pierre, Au dedans ou chacun s’est meurtri tour à tour, Tu es faite pour inspirer à tous poètes l’amour Éternelle et silencieuse ainsi que la matière. Je trône dans l’azur tel qu’un… Lire la suite →

TOUT ME REVIENT

Je suis seul, affreusement seul, Je tremble dans un coin, Entre les murs de mon émoi, Je m’entends crier, Je cours m’enfuir derrière mon ombre Qui ne ressemble plus à mes pas. Ce soir, le soleil brille sous mon toit…. Lire la suite →

« Anciens poèmes Poèmes récents »

© 2018 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils