Partagez

Comment te gagnerai-je, mon Paradis perdu ?
Viens à moi volupté, mes désirs sans relâche…
Ton voyageur hardi en arpente les attaches ;
Au labeur de sa course, il sent son pas ténu.

Une peine voilée, messager des ténèbres,
Tend un piège scélérat à son cœur vaillant.
Sa foulée généreuse se convainc vacillant…
Ta beauté n’a d’égal que ton leurre funèbre.

Je te vois dans mes rêves, infini et sensuel,
Mais sans doute pour un frère pousseras-tu ta porte…
Suis-je si incroyant pour noircir l’éternel ?
En cet âge profane dont les heures sont mortes…

Dans un souffle suprême, promettant ta venue,
Je t’envoie Paradis, insensible à mes maux,
Ma prière perpétuelle, mon espoir en sanglot…
Comment te gagnerai-je, mon Paradis perdu ?

Stéphane Meuret
17 Novembre 2017, Copyright



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 17 votes