Partagez

Sur la trace du raton laveur, du rat musqué ou du mulot
L’hiver à tes trousses tu es venu cogner à ma porte quel culot!
Mes enfants t’on accueilli secrètement dans la remise
Mais tu cachais un secret, tu nous ferais une surprise
Quel appétit tu avais! Tu gobais tout ce qu’ils te donnaient
Sauf que la nourriture vint à manquer et tu en redemandais
Enquêtant sur la disparition des victuailles dans la dépense
Les enfants me vantèrent toutes tes qualités pour ta défense
Elle nous accompagne au chemin pour aller à l’école
Et surveille nos bicyclette pour ne pas qu’on nous les vole
Et avec vos larmes et suppliques papa et maman ont adopté
La nouvelle venue sachant qu’elle attendait une portée
J’ai préparé une niche assez chaude pour les froids d’hiver
Et un matin nous avons découvert dans ta tanière
Onze chiots dont un mort-né que tu avais bien caché
Tu avais prévu avoir juste assez de mamelles pour la tétée
Une saison pour s’apprivoiser promenades et confidences
Complice pour la chasse et les jeux j’ai gagné ta confiance
Tu as réveillé ma carcasse mais d’un grand danger
Je n’ai su t’avertir et pour ne pas déranger
La tranquillité des signataires d’une pétition
Je me suis résigné à assister tremblant à ton exécution
(à la mémoire de Thorax)



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.93 sur 15 votes