Partagez

Disparaître de la scène, je n’ai pas trouvé de meilleure idée
Mise à l’écart temporaire ou pas, repli sur mes souvenirs envahissants
La porte, juste entrebâillée, nouvelle cachette, les temps sont inappropriés
Un nouveau monde se crée en parallèle, à mi- temps ou à plein temps.

Sous mon voile, j’attendrai patiemment tous les jours qui passent
Le retour improbable de ces instants que l’on me vole.
Que faire d’autre, lorsque les choses anormales restent si tenaces
Sinon se mettre entre parenthèse dans sa morne et bien terne alvéole.

Puissent quelques rayons de soleil renaître à nouveau
Afin d’éclairer, chauffer et redorer ma vie de tous les jours
Me rappelant ainsi qu’en effet, je suis bel et bien en vie, sans vidéo
En « live », dans l’ère des vivants, sans détours.

Aux miens de juger si cette mise en consigne bien cruelle
Vaut la peine, la valse des saisons me fait si peur
Continuer d’avancer sous un ciel non propice au duel,
J’aurai un an de plus au printemps prochain, petite plume, dis-le leur.

Copyright 2016
Martine BES



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 34 votes