Partagez

Allez-vous en, vils poltrons et scélérats
Quittez les vertes collines des braves
Là où transpirait leur sans carminé, bande de rats
Lorsque vous versiez pleurs et baves

Déguerpissez gang de pourris identifiés
Rejoignez votre cohorte de lâches et de traîtres
Le cul pareil à vos mines cocufiées
Collecteur des perversions de vos maîtres

Foutez le camp, pernicieuses créatures
Cette terre ne vous appartient guère
C’est celle d’un peuple à l’âme pure
Pas celle de trublions sectaires

Hors de nos vies, serviles pions
Morpionnés au pubis du perchoir
Dieu à chaque jour nous prions
Votre départ de bon vouloir

Libérez donc des fers de vos tiroirs
Tant de diplômes faits otages
Qu’enfin puisse jeunesse goûter à la gloire
Des hommes libres, instruits et sages

Dégagez profil bas et cul à l’envers
De cette Histoire qui ne sera jamais vôtre
Inconscients larbins, tous suicidaires
Sortez par ici, par cette petite porte.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.67 sur 3 votes