Partagez

Passerelle du monde bleu !

D’un bleu nuit, je recouvrirai notre beau monde
Cette couleur est la seule qui pourrait se fondre
C’est de par elle que nos peuples se coloreraient
Si toutefois nous n’étions pas aussi empressés !

Bien trop souvent enjoués, à vouloir le détruire
Parce que passifs quand on ne voit pas les enjeux
Mille raisons que nous abandonnons à l’affreux
Car occupés à de vagues projets, ceux à reluire !

Moi dans un panel de bleus, j’offre au désireux
Plus clair des yeux, supérieur et bien odieux
J’offre ces quelques vers, est-ce délictueux ?
Des verres emplis d’amertume, Oh Mon Dieu

Si la poésie avait une couleur, je la verrai bleue
Le bleu des lavandes, de la mer au clin amoureux
Assis à même le sable, ils s’enlacent, font un vœu
Celui d’être unis pour la vie, aimants sous les feux

Et si le ciel de bleu se farde, nous y serons deux
De bleu j’arroserai la terre de poèmes fougueux
Et si combien même je me perdais tel le lépreux
Tes nuits seraient comblées en mois hasardeux !

Beaucoup n’auront guère de temps et si Parbleu
Je me parjurai, si je n’arrivai à rien : Malheureux
La pendaison ne serait rien, pas même ce pieux
Moi, je défendrai le bleu, prunelle de mes yeux

Thierry Titiyab Malet (le 27 août 2017) https://youtu.be/LdfB8pM-qLw



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 22 votes