Partagez

Pâtisserie

Allongée sur ton flan
ma main titille tes pommes d’amours,
tu frémis comme le lait sur le feu.

Je monte sur ta tendre brioche,
me penche, ma bouche prend la tienne,
tournent tournent nos langues de chat.

Je descends sur ta poitrine,
mordille les pépites de chocolat de
tes galettes salées-sucrées,
tu gémis doucement, bouillonnant de désir,
débordant d’envie.

Puis m’attarde plus bas,
sur ton éclair gonflé,
tu ne veux qu’une chose,
goûter ma tendre religieuse,
et sa chantilly fruitée.

Puis se mélangent les ingrédients,
monte monte!
la mousseline du plaisir.

Recommencement en cuisine,
tu prends mes divorcés à pleines mains,
caresses insistantes,
tu as encore faim?

Puis tu montes vers mes meringues,
pinces délicatement les bouts rosies,
je tremble d’excitation,
le feu aux prunelles.

On assemble les ingrédients,
cuisson à deux cent degrés,
la fièvre monte, gonflée à point,
explosion dans le moule des délices.

Béatrice Montagnac



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes