Partagez

J’ai marché, très longtemps,
Dans ce sentier, perdu dans le temps,
Cherchant mes mots, mes idées
Pour exprimer le printemps.
Cette saison qui ne veut s’installer
Ni dans mon futur ni dans mon présent.
Le soleil s’est couché dans mon cœur
Et les roses ont fané dans les champs.
Il pleut encore dans ma tête
Et mon corps est sous le poids des ans,
Mes mots tremblent de froid
Et c’est de la tristesse que je ressens.
La mort s’est emparée de mon corps
Et de tous mes sentiments.
Le temps s’est arrêté d’un coup,
Il n’y a plus de saisons.
Je hurle ma peur, le monde est fou
Et je crois que je le suis autant.

Younes ZEMNI.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.56 sur 18 votes