Partagez

Petit chagrin du soir

Prendre un aller simple pour Ailleurs
Où les jours s’écoulent doux et meilleurs
Prendre un simple aller pour nulle part
Ailleurs doit bien exister quelque part
Loin d’ici et des bruits de la ville
Loin des affreux et des imbéciles
Qui rongent mon cœur et lacèrent mon âme
Avec leurs dents acérées comme des lames
Fuir cette immense cour de miracles
Qui n’en a que le nom sinon le spectacle
Qu’elle offre sournoise aux innocents
Qui offrent leur sang contre des serments
Glisser au plus haut sur un oiseau blanc
Voler avec lui en m’accrochant à ses flancs
Rêver de disparaître dans l’immensité
Du lapis de l’azur toujours recommencé
Ou me suffire d’un billet de touriste
Décoller lestement en quittant la piste
Oublier ce que j’ai laissé derrière moi
Flacons de larmes mallettes de désarroi
Partir pour ne plus jamais revenir
Et de ne pas me retourner convenir



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.75 sur 4 votes