Partagez

Un petit homme,d’un pas lent,marchait
Dans cette sombre ruelle,toute pavée
Son dos,meurtri,déformé,était courbé
Par la lourde charge,qu’il transportait
Sa petite voix fluette,et troublée criait
Au détour des chemins empruntés
Rémouleur, ramoneur,on entendait.
Mais,par ce froid,personne ne répondait.
La couverture blanche,devant lui s’étalant
Ses petits pas dans la neige s’enfoncaient
Au loin,subrepticement,on le Voyais s’éloigner
À l’horizon sur cette toile blanche imprimée
Un petit point noir,diminué,lorsqu’on regardait
Le petit homme disparu,la glace s’était brisée.
Richard orlowicz.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 2 votes