Partagez

C’est un grand garçon mince, ado depuis hier,
Presque deux fois plus grand, déjà, que la fillette
Qui trotte à son côté sans lui tenir la main :
Petite sœur, grand frère, ils se hâtent, sans trop…

Ce qui se joue entre eux est au-delà des mots.
La petite pépie, alerte, avec entrain,
Il l’écoute, patient, hoche parfois la tête
Et son regard la couve : on dirait presque un père.

Je les regarde vivre un instant, près de moi,
Pour les perdre bientôt dans la foule anonyme…
Le collège pour lui, pour elle une maîtresse ;

Mais ce bout de chemin, partage de jeunesse,
Ciment d’une fratrie, heure brève et intime
Qui trace, dans nos cœurs, une secrète voie.

Lionel Droitecour – Petite sœur
mai 2010



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 4 votes