Partagez

Une pleine lune boude un lit d’étoiles
Quelques nuages affluent et enfument
D’une caresse cette amertume
Des mouettes rieuses troublent cette toile
De mes pensées jaillissent des mots
De mes bavardages s’élèvent des silences
De tes questions s’egouttent mes maux
De mes yeux s’ecoeurent mes confidences
Comment accepter l’évidence
Accéder au rêve
Et faire fi de l’insolence
D’une réalité qui me prive de ta présence
L’écrire ou le dire
Le penser ou en rire
Du meilleur au pire
Un avenir à bannir
Que nos coeurs en délire
Ont ancré dans nos corps qui chavirent
Nulle réponse à cette ronde
Combien nous en ferions une fronde
Alors pour autant
Laissons le temps
S’acharner sur notre sort
Et enivrons nous de nos soupirs
Que l’ivresse nous berce fort
Jusqu’à moins en souffrir. . .
JT



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 6 votes