Partagez

Évidemment, que ce poème-là, tu ne le liras pas tout de suite,
Mais soit certain(e) qu’un jour ou l’autre, tôt ou tard, il te rattrapera,
Partout où sera l’endroit de ta fuite, quel qu’en soit l’endroit.
Vouloir l’expliquer, est aussi vain que de lui faire les plus belles éloges,
Comme espérer découvrir le secret du temps en démontant l’horloge,
Ce poème, qui n’est qu’une plume qui vole de livre en livre,
A la recherche de sa page initiale, il vient juste de se poser pour te vivre.
L’avenir sera beaucoup plus facile lorsque tu le comprendras,
En oubliant tes moments inutiles, ce temps hélas qu’on ne retrouve pas.

Tu le liras en plein désarroi, quelques secondes d’une vie qui te trahit,
Chaque fois à le lire, puis le découvrir, son bonheur te chassera l’ennui,
Car dans un poème, la part de la magie reste toujours un mystère,
Une goutte d’espoir dans un océan qui n’a jamais connu la terre.
Il te racontera ma lettre, celle que je ne t’ai pas envoyée,
Parce qu’un poème ne dit jamais ce qu’on ressent comme on voudrait,
Qu’il soit d’une haute densité de précision, d’une infime intuition,
De son aveuglante vision, il t’exprime son amour le plus frêle, sa passion.

Il te fera renaître une émotion, un bonheur envahissant, un furtif frisson,
Un parfum de jasmin, une corolle de jonquilles un bouquet de liserons,
Dans ce poème tu trouveras une autre façon de regarder ta vie,
Car tu auras aussi une vie après : Chut ! C’est tout ce qu’il sera dit.
Alors certains te diront que c’est du vent, que le lire sans jamais pouvoir toucher,
Puisque la raison de ses rimes refuse quelque fois de se livrer.
Mais c’est aussi fait pour ça qu’il existe, étrange et captivant,
Comme s’il allait chercher au plus profond de toi, ce dont tu rêvait enfant,

Ce poème là, il te donnera l’impression de ne parler que de moi,
Une histoire d’amour jamais commencée, une fin qui n’en est pas.
De sa couleur multicolore il (elle) peint de joie ses vers incertains,
L’extase réelle d’être en communion avec toi soudain !
Je suis avec toi, je pense à toi, je suis câlin(e) en l’écrivant,
Je ne suis juste qu’un tout petit(e) pour que lui (elle) ne devienne grand(e).
Il m’en a fallu de l’encre pour l’écrire ce poème-là,
Un roman d’amour jamais écrit, une fin qui n’en est pas.

Véritable poésie d’une pensée sans image ni photo de la sorte,
Elle ne fait que révéler les possibles en ouvrant les portes,
A toi maintenant de franchir celle qui te conviendra,
Une histoire d’amour jamais dite, dont l’épilogue finira en aucun cas.
A travers elle, tu attends paisiblement et patiemment l’amour,
Elle n’est que ta conscience qui renaît vivante est heureuse,
Plus joyeux sera ton sourire lorsque tu te réveillas au grand jour,
Ainsi tu me diras comment tu perçois la poésie bienheureuse.
Ne ditons-pas qu’un poème aide à avouer qu’on est amoureux(e),
POÈME DE TOI. à quoi ça sert de cacher qu’il n’existe que pour nous deux….

Gigi Parra ⚘



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 7 votes