Partagez

Poésie, peau éthique.

Poème, j’aime ta peau si sensible
Sa douceur, ses mots sans cible.
Mots à panser pour penser les maux.
Ô douce sœur ! Grain de beauté et de folie mêlée.

Poème, ma belle vagabonde.
Accrochées à ton regard céleste
Mes paupières nuages ne sont ni lourdes ni lestes,
Elles sont des peaux de pierre ciselées où courent des
Rides crûment sculptées par la nudité de l’âge.
Rêves de pierre, rocs qui se consument en nuage…
Au loin sur la mer, de belles vagues abondent.

Poèmes éternels devant l’effet mer !
Poème, mon bel amour !
Baume qui embellit et embaume la vie,
Sois beau et aime !
Aime jusqu’à la lie ta vie de Bohême !

Poèmes fraternels !
Fraternité que ne « f’ra taire ni tes » révoltes… ni tes rêves.
Halte ! Arrête-toi ! Poème, l’Art d’être toi.
Double vie, troubles jeux et double sens :
Un thé lit Jean Sceut :
« La science infuse. »

Ô lyrisme,
On lit « risme » au lieu de dire rimes.
Peau easy, poésie facile. Et toc !
L’oiseau lyre s’envole dans le pré vert.

Poème, en tic.
Ô vide, Ô mer,
Ô val, leurre couleur d’Opale.
Ô Ames-arts, terre d’attache
Orages : eau des espoirs.
Ô violence, reprends les armes,
Vit : ô lance ! Reprends tes mots !
Et lance-les en projectiles : image innée…
Se projeter… Les mots se projettent-ils ?
Oui, en plein cœur, mais sans l’arme.

Jean Pincemaille la Boisière juin 2011



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 5 votes