Partagez

Allons
qui me dit
vers une étendue
à l’infini
bleue
où se limite
sur ses lèvres
l’impossible
d’une invocation …
timide
ne le soit
(allons !)
sur nos chemins
tous les talus
longs
couvrent les fleurs
puisque à deux
nous le sommes …
je vois à peine
une ombre
un désir feutré
dont …
allons vers cette plaine
de nos ceps
et que ta langue
goûte à l’ivresse
mordons
de l’infini …
si je t’embrasse
et là
diras-tu
ici …
je t’aime encore
si …
car je le serai
pour de bon !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.67 sur 6 votes