Partagez

C’est peut-être ça l’amour, ce rivage incertain
ce bruissement de tissus sur les ombres du matin
cette nuit se couchant dans des draps ingénus
pour plus tard s’éveiller toute de fleurs vétue

C’est peut-être ce regard faisant fondre la pierre
d’un mur fissuré aux affiches guerrières
et les lueurs d’un foyer d’où s’échappe la fumée
abri chaud des familles qui ne savent hiberner

C’est peut-être ces voiliers tendant leurs membres au vent
qui vient les caresser et frôler leurs haubans
comme on frôle la soirie d’une femme parfumée
qui promet le grand air dans le silence d’un baiser

C’est peut-être ça l’amour, cette passion ethérée
aux sillages multiples, aux visions colorées
ce village de campagne qui sourit au lever
à ces grandes métropoles qui vivent sans clocher

C’est peut-être ça l’amour, ces virages incertains
où je m’éveille soudain dans tes bras hédoniens
regardant ton visage comme on scrute l’horizon
derrière cet absolu je recouvre la raison

C’est peut-être ça l’amour et je donne en pâture
mes erreurs au vide, mes joies à la nature
ma tendresse figée dans une prison de velours
je te donne mon âme, c’est surement ça l’amour.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.92 sur 13 votes