Partagez

Ah ! Ce monde virtuel qui nous cache certaines choses !
Ah ! Ce monde réel dont nous sommes dépendants !
Qui sommes-nous, au juste en ce monde incertain ?
Sommes-nous si volatiles pour voir la vie en rose ?
Sommes-nous si irréels, absents et bien présents ?
Ne sommes-nous pas une image, auréole du matin ?
Si la toile nous unit, elle crée la division !
La maigre connexion nous tourne en dérision !
A tous et à toutes, nous sommes reliés
Par ce fil si bien distillé
Par ceux qui, au sommet, se jouent des relations !
Ceux qui gèrent si mal, devenant malfaisants,
Rejetant sur le câble et même sur le requin,
Cette coupure monstre, d’un geste si mesquin !
Et la toile est muette, le temps de décider
Si tous ces pauvres gens, amoureux obsédés
D’une liaison que tous savent virtuelle
A laquelle ils s’accrochent, oubliant leurs querelles
Se retrouvent et se perdent au sens graduel
Mais gardant pour toujours l’esprit fraternel.
Les amis de ce lien ne se sont jamais vus.
Et pourtant, ce lien par tous reconnu
Est assailli par tous aussitôt obtenu,
Mais ce fil est si mince et sa force si menue.
Accusons donc le ciel, le temps et les gérants !
Accrochons-nous au fil qui nous glisse des doigts
Ensemble et unis, certes nous réussirons,
Cherchons-nous et trouvons : cette forêt n’est qu’un bois.
Si les frères et les sœurs sont liés par le sang,
Les frères et les sœurs de ce monde virtuel
Se savent réunis par la même passion
Ainsi, ce virtuel finira bien par devenir réel !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.67 sur 3 votes