Poussières

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Pinterest
Share On Reddit
Contact us

Mourir sans un doux mot, si modeste soit-il ;
Qui pourrait envier tel outrageux dessein ?
Mourir sans le rayon d’un éther abyssin ;
N’est-ce pas là le caprice d’un fiel infantile ?

La sagesse soumet les blessures à sa grâce,
Epousant la couleur, fond d’un œil vieilli ;
La déesse caresse ces pupilles aguerries,
Ses larmes enchanteresses en érodent les glaces.

Mourir sans un regard, si résigné soit-il ;
Nul ne peut élever son égo jusqu’au ciel ;
Masqués, sous l’infortune de tes pêchés véniels ;
Chasse les maux anciens au son des évangiles…

Le nuage obstiné qui éclipse ton chemin,
Chavire sur les marches de ta volonté.
Ton coeur cesse de battre mais son noble chagrin
Enfante un trésor immuable de Piété.

Adieu ange d’un jour, te bénissent les joies !
Ta souffrance n’est plus, son vestige a péri.
Ton récit volera sur les plaines d’autrefois,
Au firmament paisible des secrets de l’oubli.

Stephane Meuret
10 Novembre 2017, Copyright


Donnez votre note:
Veuillez vous connecter pour voter: Connexion Facebook  Connexion Email
Note du public :
5.00 sur 4 vote(s)


A découvrir aussi sur le web:

5 commentaires

    1. Merci. Je crois que la derniere strophe est une des plus belles qu’il m’ait ete donne d’ecrire. Bonne soiree Patricia 🙂

  1. Bonjour cher ami Stephane
    Quel bel écrit ce texte magnifique et quelle sublime poésie .
    L’auteur dans ses vers splendides nous peint avec détails époustouflants les derniers instants d’un mourant.
    J’ai beaucoup aimé cette dernière strophe digne des grands poètes .
    « Adieu ange d’un jour, te bénissent les joies !
    Ta souffrance n’est plus, son vestige a péri.
    Ton récit volera sur les plaines d’autrefois,
    Au firmament paisible des secrets de l’oubli. »
    Il est vrai qu’il nous arrive nous-même de nous poser cette question « comment est venue une telle inspiration qui permet à la plume d’écrire aussi sublime poésie .  »
    plus que 5*********
    Bonne journée mon ami
    Amicalement
    sadek
    P/info je n’ai pas arrêté d’écrire depuis la fin du classement mais les votants sont « en congé . »
    Alors si tu as le temps vote pour ce texte, merci
    http://www.liguepoetes.net/un-saut-de-puce-a-lechelle-du-neant/

    1. Tous mes remerciements Sadek. J’ai voulu peindre la mort comme mon coeur la percoit. Comme une liberation divine. Sinceres amities poetiques. Stephane

  2. Bonjour Stéphane
    ils sont hélas légion ceux qui meurent sans un regard…5* pour ce beau partage
    Amitiés poétiques et comme je le fais maintenant quand je commente les poèmes de la Ligue je mets le lien de ma dernière publication sur ma chaîne You Tube où je vous y accueille en toute amitié. N’hésitez pas à liker, commenter, partager ou vous abonner si vous souhaitez me suivre. Merci d’avance de votre visite
    https://youtu.be/i1hECRpIq5Y

Laisser un commentaire

Pour laisser un commentaire vous devez être connecté: