Partagez

Il y a des jours où tout n’est plus que pâquerettes,
Lorsque s’anime une déesse dans ma tête
Je lui envoie toutes mes paroles en fête .

Il y a des jours où navigue la poésie, cahin caha,
S’éparpillent de petits pétales de ci de là,
Sur le clavier enchanté, tralala, tralala.

Il y a des jours où nous pourrions prendre le chemin
Qui mène dans ce si beau jardin
Si tu le souhaites, ma douce, un beau matin.

Mais,

T’es pas là, au loin, tu te trémousses,
Je visualise ta jolie petite frimousse.
Pour un chamalow rose, tu t’en frimousses.

T’es belle, tu deviens mienne,
Comme la fleur bohémienne
Pour qu’enfin l’été revienne.

T’es comme ce petit rayon de soleil
Qui éclaire la vie en arc-en-ciel
Et embellit le rêve qui m’émerveille.

T’es ma pépite en chocolat,
Ma fraise au goût de bamboula
Que je déguste sans tralala.

T’es celle qui m’offre toutes ces pâquerettes
Pour ma fête de demain, ma petite crevette
Je t’aime d’amour malgré la tempête.

Et là,

J’écris ce poème pour te plaire.
Merci ma douce, petite fée de la nouvelle ère
D’exister dans ce monde lunaire.

Princesse au diadème
Je te dédie ce poème,
Ma petite Clémence que j’aime !

Martine BES
Copyright 2016

Poésie dédiée à ma petite-fille Clémence.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.91 sur 55 votes