Partagez

je le sais, oui maintenant  je le sais,

le prix que vaut ma liberté perdu,

depuis qu’a toi je me suis enchainé,

j’ai pourtant eu le choix ,si j’avais su.

Je me suis collé mon propre bourreau,

un être tellement immonde,

sans coeur et frustré, un rat de bureau,

me privant d’air à chaque seconde. 

Régnant en toute médiocrité,

ses courtisanes sont l’imposture,

de leur union le mensonge est né,

j’ai assisté à cette démesure.

Sachant d’où je viens, pleurant sur mon sors, 

j’implore le ciel qu’il me libère,

mon esprit s’enfuit, il n’a que mon corps,

Je l’ai été, un jour j’ai été fier.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 2 votes