Partagez

Sous un voile de brume fraîche au petit matin,
Elle marche tranquillement sur le chemin,
L’automne est là, la nature doucement s’éveille,
Les feuilles dansent sous un léger rayon de soleil.

Longue marche silencieuse dans la campagne,
Quand le jour se lève à Drom sur la montagne,
Dans la forêt, les derniers cris des feuilles mortes,
Couchées comme un grand tapis qui la porte.

La marche solitaire de son corps à l’automne,
Emporte les mystères de son cœur monotone,
Envole les feuilles ocres, jaune d’or ou jaune clair,
Dévoile les souvenirs de ses promenades solitaires.

PROMENADE SOLITAIRE © Copyright 2016 Sylvie Badi



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3.95 sur 20 votes