Partagez

Quand Hélios s’éteindra délaissant les humains
Vaguer dans l’univers, orphelins galactiques
Montés tels des gitans sur leurs torches quantiques
Vers un futur d’errance aux infinis chemins,

Ils abandonneront pierres et parchemins
Ainsi que les objets antiques et mythiques,
Mais pas les simples mots, mémoires poétiques
Empreintes à jamais dans nos prochains demains.

Dekapébioctets de bits subatomiques
Sont les lettres de l’homme en rites alchimiques
Conservés pour toujours par un rare appareil.

Ils sont nos souvenirs percolés par le crible
Des auteurs dont ce barde à la muse indicible :
Ton éclat dans mes vers survivra le soleil.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 3 votes