Partagez

Quand on est seul,
On s’ennuie à mourir,
Alors on cherche,
Quelque chose à s’offrir.

On parle avec son chat,
On se met à lui sourire,
Quand on est seul,
On s’ennuie à mourir.

Quand on est seul,
Le lit est bien trop vide,
Les nuits sont bien trop longues,
Et l’âme vagabonde.

Quand on est seul,
On aimerait tendre la main,
Vers un homme, une femme,
Juste pour se faire du bien.

Quand on est seul,
On admire les autres,
On aimerait un ami,
Qu’il devienne le nôtre.

Quand on est seul,
On rêve de tas de choses,
On rêve de câlins,
D’un amour clandestin.

Quand on est seul,
On s’ennuie à mourir,
La vie n’est plus bien rose,
On aimerait en finir.

Quand on est seul,
L’autre n’est pas très loin,
Mais voilà,
On n’y voit plus très bien.

Quand on est seul,
On voudrait être deux,
Mais, quand on est deux,
On voudrait être seul.

Quand on seul,
On est plus amoureux,
On vit dans la pénombre,
De certains jours heureux.

Puis la porte se referme,
Sur des rêves interdits,
On voudrait s’endormir,
Pour ne plus être seul.

Tous droits réservés©Marie-Hélène COPPA
Publié dans mon recueil « RESILIENCE »



Veuillez noter :

Envoi...
Aucun vote pour l'instant