Partagez

Quand s’entend la fin…
________________________________________

Sur l’oreiller de ses misères
Son regard penaud se pose
Cherchant repos et lumière
Fuyant son présent morose
Dans le lit de ses maux
Ses lèvres muettes retiennent cri
Cherchant la beauté des mots
Pour exprimer un peu de beau
Même ses habits sont oripeaux
Usés par le frottement de ses os
Sur sa peau on ne lit que malaise
Bientôt sa photo en mortaise
Chagrin sur les notes du piano

Sur l’oreiller

Sa chevelure ternie par toute cette agonie
S’étale sur la couette en litanie
Laissant dans l’air les notes tristes
D’une symphonie inachevée

Sur l’oreiller…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 11 votes