Partagez

Je préfère enterrer mon chagrin 

Laisser tomber cette histoire

Je préfère ne pas y croire 

Et signer avec ce poème la fin 


Je préfère me taire que de parler

Car j’aurai du mal à trouver les mots

Pour te décrire l’ampleur de mes maux

Au lieu de ça, je préfère m’en aller 


Tant de questions resteront sans réponses 

Mais je préfère enterrer ma souffrance

Et avec elle, mon cœur meurtri 

Par ton indifférence et ton mépris


J’ai en moi une blessure éternelle

Un mal qui ne guérira jamais 

Mon seul pécher est de t’avoir aimée 

Mais le châtiment est si cruel !


Si seulement tu étais sage ou un peu mûre 

Ça m’aurait épargné tant de torture 

J’aurais pu avoir alors une chance 

De te prouver mon innocence   


Adieu ! Je continue la route anéanti

Avec l’écho de ton souvenir qui retentit

En bannissant ma naïveté et ma faiblesse

Au revoir, je t’aime mais je te laisse


Adieu ! Je préfère engloutir ma douleur 

Repêcher de la mort, mon cœur 

Je confie à Dieu mon malheur 

C’est Lui mon Sauveur !


Que Dieu te pardonne !

Moi je ne peux le faire 

Je préfère me taire 

Que Dieu te pardonne……

J’abandonne !


Ainsi mes amis et chers (ères) poètes et poétesses, j’ai décidé de m’arrêter ici. J’aurais aimé continuer avec vous ce fabuleux voyage mais ni le temps ni les circonstances ne me le permettent. Mon âme restera toujours attachée à la LDP et je vous rendrai visite de temps à autre. Merci à tous ceux qui m’ont encouragé et qui ont toujours commenté mes poèmes. Vos gestes m’ont fait chaud au cœur. 

Mes amitiés poétiques ! 

                         Amazigh Dré



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 29 votes