Partagez

Sur la grève paisible de notre automne
Se mouillent les plumes caressantes
De nos envolées coquines et friponnes
Sur les ailes de nos amours mourantes
Murmures de nos mémoires folichonnes

Sur la rive marée de tendresse nous effleure
Touche nos cœurs en câlines vaguelettes
Sur le jusant euphorie de jeunesse en douceurs
Nos pattes d’oies, nos rides se font discrètes

Sur la grève paisible

Sur le rivage brise légère berce nos émois
Le vent souffle ses délicates réminiscences
Sur le sable nos corps frissonnent encore de ses ébats
Nos regards se croisent fragiles jouissances
Voltige fugitive, envol volatil fugace autrefois

Sur la grève paisible

Seulement toi et moi…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 10 votes